UN POIL COURT PRÉSENTE...

UNE SÉRIE CONÇUE PAR NICOLAS HABAS

UN LIEU DANS LA VILLE... UN DANSEUR (OU UN GROUPE DE DANSEURS)... UN FILM DE 4 MINUTES.

Chaque épisode est tourné dans un lieu unique et singulier avec, à chaque fois, un nouveau danseur.

Hommage croisé au cinéma des Frères Lumière et au cinéma de Georges Méliès, Le corps de la ville est à la recherche d'un pont entre la danse et le cinéma, un endroit où les deux arts pourraient s'éclairer mutuellement.

Pensée pour la caméra et élaborée sur place en amont du tournage, la chorégraphie intègre systématiquement l’éventualité d’une interaction avec les passants et, plus généralement, la ville.

Il s’agit de mettre en valeur le patrimoine architectural qui a une histoire sociale et humaine, et de revaloriser certains lieux oubliés ou dénigrés en apportant une nouvelle dimension à leur mémoire, un regard neuf sur l’expérience vécue par les usagers de la ville.

L’objectif est de générer des formes courtes et séduisantes, porteuses d’une poésie empreinte de quotidien : des parenthèses poétiques susceptibles de parler à chacun, à commencer par les usagers du lieu.

Même si les films sont très faciles d'accès, ils s'appuient sur un travail de recherche cinématographique et chorégraphique exigeant, en prise directe avec le territoire, ses habitants et ses usagers.

En parallèle du travail avec les danseurs professionnels, des épisodes sont réalisés avec des groupes de non danseurs, accompagnés par des chorégraphes reconnus, et nous donnent un autre regard sur la danse, le corps et la ville.

Les films mis bout à bout constituent une collection, un voyage poétique à travers la ville de Lyon dans un premier temps, puis à travers la France (Saint-Etienne, Grenoble, Bordeaux, Angoulême, La Rochelle...) et l’Europe (Espagne, Slovénie, Croatie, Allemagne).

Le corps de la ville aujourd’hui, réunit 30 épisodes réalisés dans 10 villes réparties sur 5 pays de l’Union Européenne, avec 130 danseurs, de l’amateur complet au chorégraphe renommé (Kader Attou, Jean-Claude Gallotta, Denis Plassard, Hamid Ben Mahi, Annick Charlot...), pour 2 heures de programme et déjà plus de 50 000 spectateurs sur internet et dans la vraie vie.